Conférence d'Hervé Glasel sur les troubles d'apprentissage "Dys"

Valérie Moss - 26 Feb 2016

 
 DES MOTS SUR LES MAUX

Le 27 janvier, Hervé Glasel nous a fait l’honneur d’animer gracieusement une conférence sur les troubles d’apprentissage des enfants “dys”. A notre demande, il a également partagé ses connaissances sur les enfants précoces; aujourd’hui encore ce sujet reste mal connu.
Retracer en détail la soirée dépasserait le cadre de cet article, mais la qualité et la richesse de la présentation nous ont tenus en haleine pendant plus de 2h30! En voici les lignes principales.  
Les enfants aux troubles “dys” ont souvent du mal à lire (dyslexie), à écrire (dysgraphie), à compter (dyscalculie), à coordonner leurs gestes (dyspraxie) ou encore à écrire sans faire de fautes (dysorthographie). Des handicaps invisibles qui peuvent aboutir à un échec scolaire massif et à une  souffrance morale s’ils ne sont pas pris en charge. Ces troubles touchent massivement les garçons.
A l’école comme à la maison, ces enfants doivent bénéficier d’adaptations particulières pour compenser leurs difficultés et leur permettre de se concentrer sur les apprentissages fondamentaux. Par la rééducation, essentiellement chez un orthophoniste et/ou un ergothérapeute, ils parviennent en partie à surmonter ce handicap et à réussir leur scolarité et leurs études supérieures.
Le bilan nécessaire à un enfant pour lequel le développement est atypique, ou chez lequel des troubles intellectuels sont constatés, est un bilan neuropsychologique. C’est à l’aune de ce bilan que l’on pourra se faire une bonne idée des talents de l’enfant et de ses difficultés.
La deuxième partie de la conférence concernait les EIP, les Enfants Intellectuellement Précoces. Il s’agit d’enfants dont l’âge mental est en avance sur leur âge réel. Souvent surnommés “surdoués”, “en avance”, “à haut potentiel”, ces enfants se différencient par leur développement intellectuel qui se veut plus rapide que leurs camarades du même âge.
Leur particularité? Un quotient intellectuel supérieur ou égal à 130, une excellente mémoire, de la rapidité de raisonnement, mais pas seulement! Ces enfants peuvent aussi souffrir d’ennui, de troubles d’anxiété, d’humeur dépressive et avoir une attitude d’opposition. Plus de la moitié de ces enfants pourrait être en échec scolaire.
Si la précocité peut être considérée d’emblée comme une chance, un don, elle est mal connue. Les
surdoués doivent parfois affronter un parcours semé d’embûches, tant sur le plan social que scolaire. En les aidant à comprendre qui ils sont et en les accompagnant au quotidien, les parents ont auprès de ces enfants un rôle crucial à jouer.
Hervé Glasel est neuropsychologue, spécialiste du développement de l’enfant et de l’adolescent. Il est l’auteur de “Une Ecole Sans Echecs” et fondateur de l’école du CERENE à Paris. Il exerce à Londres deux jeudis par mois à la “Medical Chamber”. Vous pouvez le contacter par email à: herve.glasel@gmail.com.
Il est passionnément  déterminé à aider ces enfants “dys”fférents.

Valérie Moss
 
Go to the page-top

Please wait



Selct an hour and a minute and then click on Set Time

Selected Time:  _:_

Hours
Minutes
 
Set Time